FAQ

logos

1- Qui sommes nous?

Un collectif de 11 Françaises et Francais issus de la société civile et établis à travers toute l’Australie. Découvrez l’équipe ici….

2- Quel est notre objectif?

La représentation des Français d’Australie auprès des autorités françaises.

Premièrement, au sein du conseil consulaire de Sydney à l’occasion des élections du 25 mai 2014 de cinq conseillers.

Ensuite, à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) siègeant à Paris, élue par les conseillers consulaires; l’Australie fait partie d’une circonscription régionale Asie-Océanie (allant de l’Inde à Fidji) de 59 conseillers consulaires qui choisiront 9 élus AFE; notre liste compte obtenir au moins 1 des 9 sièges AFE

3- Pourquoi des soutiens politiques?

La réforme de l’AFE a supprimé la certitude d’une représentation directe des Français d’Australie au sein de l’AFE, assurée jusqu’à présent par 3 élus d’Australie. Nous avons besoin de faire partie d’une coalition afin d’avoir un conseiller consulaire en position éligible. Nos soutiens politiques sont l’UMP et l’UDI.

4- Différence fondamentale conseiller consulaire/conseiller AFE

Le conseiller AFE représente les Français de sa circonscription à dans un organisme consultatif du ministère des affaires étrangères siégeant à Paris. Jusqu’à présent, l’Australie est comprise dans la circonscription Océanie représentée par 3 conseillers AFE. En raison du poids démographique de la communauté française d’Australie, les 3 conseillers AFE ont été quasiment tous basés en Australie.

A partir de cette année, pour l’AFE, l’Australie sera comprise dans une circonscription intercontinentale allant de l’Inde aux Îles Fidji représentée par 9 conseillers élus indirectement, par les 59 conseillers consulaires de la région. Il n’y a donc aucune garantie de représentation des Français d’Australie au sein de l’AFE. Si un conseiller consulaire d’Australie était élu à l’AFE, en théorie, il ou elle représenterait aussi bien les Français de Pondichéry, de Shanghai que ceux de Sydney et Auckland.

5- Le conseil consulaire: quésaco?

Le conseil consulaire est une  »nouvelle instance représentative des Français établis hors de France de proximité. Le conseil consulaire est un organe consultatif, présidé par l’ambassadeur ou le chef de poste consulaire, chargé d’émettre des avis sur les questions consulaires ou d’intérêt général intéressant nos compatriotes installés à l’étranger’’ (cf. sénat, projet de loi).

Si le mandat électif de conseiller consulaire est nouveau, les fonctions du conseiller consulaire ne sont pas toutes nouvelles car elles recouvrent celles que le conseiller AFE assurait localement de fait (représentation de la communauté auprès du consul) ou de droit (participation aux commissions de bourse, d’aide sociale).

La grande différence est l’existence formelle du conseil consulaire, créé par la loi et donc soumis à des règles formelles de fonctionnement: convocation aux sessions (au moins 2 par an), ordre du jour, débats, vote, procès-verbal des travaux etc… Le conseil consulaire sera-t-il une sorte de conseil municipal des Français de l’étranger? Les premiers conseillers consulaires auront la responsabilité de donner vie au conseil consulaire: leur choix sera entre le rôle de notables dans une chambre d’enregistrement dominée par l’administration ou bien celui d’élus au suffrage universel dans un organisme de conseil à l’administration, formulé à la suite de débats contradictoires et transparents qui devront être disponibles au public.

6- Le conseiller consulaire et le délégué consulaire

Outre les cinq conseillers consulaires, les Français d’Australie éliront un délégué consulaire, en 6ème position. Le délégué a pour seule fonction officielle d’être un grand électeur supplémentaire pour le sénat, les autres grands électeurs étant les conseillers consulaires et les parlementaires représentant les Français de l’étranger.

L’attribution d’un vote supplémentaire aux élections sénatoriales est directement liée à l’importance numérique des Français d’Australie. Ainsi, les 20.670 Français d’Australie, inscrits au consulat au 31 décembre 2013, seront représentés par 6 grands électeurs (5 conseillers et 1 délégué) lors des élections sénatoriales de 2014 et 2017 tandis que les 3.612 Français de Nouvelle-Zélande seront représentés par 3 grands électeurs (tous conseillers consulaires). Le délégué consulaire compense légèrement la surreprésentation des communautés françaises de petite et moyenne taille.

7- Les communautés françaises de l’étranger: un peu d’Histoire

Protection_du_commerce

Le conseil consulaire n’est pas si nouveau que cela. Les consulats français existent depuis le moyen-âge et les communautés françaises de l’étranger ont une longue tradition de participation active à leur administration. Ainsi l’Ordonnance de la Marine de 1681 prévoyait auprès des ‘consuls de la Nation française’, des ‘assemblées aux affaires générales du commerce et de la Nation’, ces assemblées étant présidées par le consul, chargé d’exécuter leurs résolutions.

Sous l’Ancien Régime, le rôle de ce qui était alors le conseil consulaire n’était pas seulement consultatif. Les membres n’étaient pas élus mais étaient convoqués tous les marchands, capitaines de navire et patrons; leur participation était obligatoire, sous peine d’amende (comme pour le vote en Australie).

Les Français de l’étranger du XXIème siècle seront-ils à la hauteur de leurs ancêtres du XVIIème siècle et avant?

Ordonnance de la Marine, Titre IX, août 1681

Extrait d’un ouvrage sur le Consulat de France à Alep (Syrie):

Alep_XVIIeme

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :